logo ujls UNION JUIVE LIBERALE DE STRASBOURG
The Strasbourg Reform Jewish Community
Die Strassburger Liberale Jüdische Gemeinde
membre de la Fédération du Judaïsme Libéral Francophone
contact: ujls@free.fr
le sens de la fête

pessah pourim souccot chavouot hanouka tou-bi-chevat rosh-hashana kippour

Hanouka

Hanouka est la fête des lumières. Elle est née de l’histoire même du peuple juif et commémore la victoire en 164 avant JC des Maccabées sur l’armée du souverain syrien Antiochus IV qui avait conquis la terre d’Israël et voulait helléniser les juifs.

Elle commémore aussi un miracle : une petite fiole d’huile sainte portant le sceau du Grand- prêtre avait été cachée dans le Temple. Profané puis libéré, ce dernier fut ré-inauguré. Versée dans la Ménora à l’heure de l’inauguration, cette huile dura miraculeusement huit jours.

On célèbre ainsi la fête en allumant chaque soir pendant huit jours une bougie commémorant l’illumination renouvelée du Chandelier du Temple. Hanoukka est aujourd’hui une des fêtes les plus populaires. C’est la fête des femmes en souvenir de Hanna et de toutes celles qui prirent part à la révolte des Maccabées et aussi en souvenir de Judith qui séduisit Holopherne, général de Nabuchodonosor qui avait occupé Béthulie, puis lui trancha la tête.

C’est aussi la fête des enfants auxquels il est coutume de faire des cadeaux après l’allumage des bougies. On fait jouer les enfants à la toupie (on raconte que cela les maintenait éveillés au cas où surviendrait un pogrom).

pratiques et coutumes

Pour célébrer Hanouka, une bougie est allumée chaque soir pendant huit jours, en ajoutant chaque soir une bougie supplémentaire. Les bougies sont placées sur une Hanoukiah. Celle-ci devrait normalement être posée sur le rebord d’une fenêtre et être visible de l’extérieur, afin de proclamer publiquement le miracle.

Les bougies sont placées de droite à gauche. On allume la bougie la plus à gauche, celle représentant le jour puis on allume les autres de droite à gauche (certains allument toutes les bougies de gauche à droite). Les bougies sont allumées à l'aide d'une bougie supplémentaire appelée Shamash (serviteur), qui prend ensuite place sur la 'Hanoukiah.

Les huit jours de Hanoukah sont des "demi-fêtes" sans interdits particuliers. Le vendredi, on allume la 'Hanoukah avant d'allumer les bougies de Shabbat.

Il est d'usage d'échanger des cadeaux pendant 'Hanoukah. On joue aussi beaucoup, notamment avec une toupie (sévivon en hébreu, dreidel en yiddish) portant inscrites les lettres noun, guimet, hey et shin. Ces lettres représentent la phrase Nes Gadoi Haya Sham: "un grand prodige se passa là-bas" (en Israël la toupie porte la lettre pey pour Po: "ici").

La coutume veut également que l'on rappelle le miracle de huile en mangeant des mets frits dans l'huile, en particulier des souygafflot (beignets). Les Ashkenazim mangent aussi des latkes (galettes de pomme de terre).

On allume de Shamash et on dit :

Baroukh atta adonaï éloheinou melekh haolam asher kidshanou bemitsvotav vetsivanou lehadlik ner shel hanoukah (Béni sois-Tu Éternel notre Dieu, Roi de l'univers, qui nous scantifiés par Tes commandements et nous as enjoints d'allumer les lumières de Hanoukah).

Baroukh atta adonai'étoheinou melek haolam shéassa nissim laavotoinou bayamim halèm bazeman hazé (Béni soîs-Tu Eternel notre Dieu, Roi de l'univers, qui as accompli des miracles pour nos ancêtres à pareille époque en cette même journée).

Le premier soir on ajoute:

Baroukh atta adonaï éloheinou melekh haolam shéhé'héyanou vekiyemanou vehiguiyanou lazeman hazé (Béni sois-Tu Éternel, notre Dieu, Roi de l'univers, qui nous as donné la vie et nous as soutenus et nous as fait atteindre ce jour).

Les symboles

Hanoukah signifie "inauguration" mais aussi "éducation". Les Maccabées ont gagné parce qu'ils apprenaient et étudiaient la Torah et refusaient d'oublier leurs origines.

La Hanoukiah est une ménorah (chandelier) à neuf branches. On l'appelle Hanoukiah de manière à ne pas confondre avec le candélabre à sept branches qui trônait sur le sommet du Temple de Jérusalem.

La fiole d'huile est le symbole d'une petite lumière, d'un petit espoir qui subsiste. Un espoir de paix au milieu des guerres, une part de joie dans les moments difficiles.

Le Shamash est la neuvième bougie de notre candélabre, celle qui sert à allumer les autres. Shamash signifie « serviteur » - serviteur de la connaissance, du judaïsme qui est en nous. Cette lumière nous montre que, si petite soit-elle, elle peut vaincre l'obscurité. D'une seule petite flamme, nous allons au fils des huit jours, allumer de plus en plus de lumières, accroître cette connaissance pour faire du huitième jour un symbole d'infini; pour montrer qu'avec un peu de connaissance et de foi, on peut éclairer le monde

La toupie

Comment joue-t-on à ce fameux jeu du sévivon ?

Les règles sont simples:

Chacun fait une mise initiale (argent, bonbons, ... ) puis fait tourner la toupie. Les lettres qui se trouvent sur chaque face de la toupie débutent un mot yiddish